Interview de Franck Comba qui nous parle de sa marque Jus de Chaussettes

comba

 

C’est dans un cadre paradisiaque, au milieu des pins et au bord de mer que nous avons retrouvé Franck Comba, pour discuter notamment de sa marque de prêt à porter : Jus de Chaussettes. Il a bien voulu répondre à nos questions :

 

Quand avez-vous décidé de monter Jus de Chaussettes ?

En 2008 avec Davy, Marion et Alexandra, on a discuté et on s’est dit « pourquoi pas faire du sportswear avec une marque un peu décalée ».

Pourquoi avoir choisi le prêt à porter ?

Tu sais c’est les rencontres : Alexandra, la sœur de Marion qui habite à l’Ile Maurice et qui est styliste. Du coup c’est là-bas que sont les usines et nous faisons tout fabriquer là-bas. Il y avait donc une opportunité à faire fabriquer nos produits là-bas pour la qualité, et d’avoir quelqu’un sur place qui surveille la qualité à la sortie de l’usine des produits finis. On voulait voir autre chose, il y avait un challenge très excitant de faire quelque chose de très différent de tout ce qui se fait dans le sportswear et les marques de rugby.

Parlez-nous de la marque, quelle est son identité, quelles sont ses valeurs et à qui s’adresse-t-elle ?

Le bouton orange ! Bien reconnaissable sur nos chemises et polo, qui d’ailleurs devient notre nouveau logo !
Après Davy et moi, en tant que sportifs on voulait une marque très sportswear, orientée évidemment « rugby ». On ciblait d’abord les ados et on essaie d’évoluer chaque année en proposant par exemple des chemises plus habillées pour les hommes et cette année proposer une collection pour les femmes. Donc on essaie de toucher tout le  avec des produits de type : tee-shirts, polos, chemises, bermudas, survêt…  Chacun donne ses idées, avec Alexandra qui nous freine un peu quand on va trop loin !

Je crois que tu gères aussi un restaurant, tu peux nous en dire quelques mots ?

En effet c’est la 5ème année que je gère le bord de mer et le restaurant du Domaine de la Mer, je passe donc 5 mois de l’année dans un endroit exceptionnel (et la rédaction confirme !). A chaque fois que j’en parle aux personnes qui ne connaissent pas, j’ai pas peur des mots, je leur dit : « il faut venir, j’ai un endroit exceptionnel, très simple, mais exceptionnel ».

Vous êtes un ancien joueur de rugby, international qui plus est, quelle vision avez-vous du rugby moderne ?

Le rugby a évolué au niveau jeu et business, avec des présidents qui sont des businessmen : Lorenzetti, Savare, Boudjellal, Altrad… il faut faire venir des grands joueurs, produire du beau jeu et les médias sont là derrière pour pousser et aident que ça marche. Mais ça reste très rugby, avec la même mentalité qu’avant, parce que les joueurs sont encore très abordables, ça reste convivial, et ça bougera pas. La starisation fait partie de l’évolution du rugby, des nouvelles gestions des clubs, qui restent conviviales et c’est une des grandes forces du rugby.

Parlons du RCT, je suppose que tu suis de près les résultats du club, que penses-tu de ces dernières saisons ?

Rien à dire, Mourad Boudjellal a fait des choix qui font rêver mais pour moi il faut un titre, confirmer les ambitions par un titre : confirmer les investissements des supporters, du président, de tout le staff, des entraineurs…

Quel est votre pronostic pour la fin de saison, hcup et championnat ?

Je suis toulonnais ! Et supporter surtout de Toulon ! Et supporter de Bernard Laporte et Pierre Mignoni donc : la victoire ! On a le potentiel pour réussir, on a les joueurs pour. Il y a bien sur Montferrand et Toulouse qui me font peur mais tout est possible : quand on voit les match aller et retour contre l’ASM ça se joue à peu… à quelques décisions… bref, je suis excité de voir Toulon en finale de Hcup, et j’espère les voir en finale du championnat de France.

D’ailleurs tu as toujours des contacts au club ?

Oui, surtout avec Pierre Mignoni, Sébastien Bruno et Bernard Laporte qui a été mon entraineur avec le Stade Français et en équipe de France. Un peu moins avec Mourad même si j’apprécie ce qu’il fait, je l’ai félicité l’année dernière quand il était en finale, je lui ai envoyé un petit message de félicitation.

Nombre des joueurs du RCT,  jeunes toulonnais, étrangers et même anciens, sont des égéries de votre marque. Quels rapports entretenez-vous avec eux en tant qu’homme, que business man et que rugbyman ?

C’est plus facile d’avoir des contacts avec les toulonnais forcément, et c’est très amical en fait. On les contacte et ils font ça très amicalement, avec plaisir. C’est des relations très simples.

Un mot pour les lecteurs de ParceQueToulon.com ?

Continuez à supporter comme vous le faites l’équipe de Toulon, continuez à rêver parce qu’il y a les moyens de rêver et de réussir : ne jamais lâcher l’enthousiasme qu’ils ont quand ils viennent au stade, car c’est vraiment le 16ème homme !

 

Un grand merci Franck d’avoir bien voulu répondre à nos questions !

Chers lecteurs, nous allons bientôt revenir vers vous avec une annonce concernant ParcequeToulon.com et Jus de Chaussettes, suivez-bien nos actualités !

 

 

 

Retrouvez toute l’actualité de ParceQueToulon.com sur notre page Facebook en cliquant ici

Laissez un commentaire

Commentaires

PARTAGER