Basta débarque sur la rade

Mathieu Bastareaud

Enfin ! Bastareaud à Toulon, c’est fait. Après de multiples rebondissements qui ont défrayé la chronique au cours des dernières semaines, le trois-quarts centre du Stade français, Mathieu Bastareaud, a enfin reçu le feu vert pour rejoindre le RCT. En marge de l’Assemblée Générale de la Ligue Nationale de Rugby qui se tenait ce vendredi à Carcassonne, le président du Stade Français Paris, Thomas Savare, et le Président du RCT, Mourad Boudjellal, se sont rencontrés et se sont entendus sur le transfert et sur la somme à verser par le club toulonnais, au titre des deux années de contrat que le joueur devait encore au club parisien. Pour l’heure, cette somme n’a pas été communiquée.

Un contrat de trois ans

Le chiffre de 350 000 euros avait été avancé ces derniers jours, mais aucune des deux parties n’a souhaité confirmer l’information. « Nous avons trouvé un accord avec Thomas Savare entre cette nuit et ce matin après de nombreuses discussions, nous a confié Mourad Boudjellal ce vendredi. Au final, c’est un accord satisfaisant pour les deux parties et plus encore pour la troisième, et c’est bien ça le plus important. » Un accord qui a été signé en milieu d’après-midi. Car si les négociations ont bien débuté très tôt ce vendredi matin, ce n’est que peu après 16 heures que les deux parties ont signé les documents. Et pour cause. Un peu avant 16h00, Thomas Savare et Richard Pool-Jones, ont quitté l’Assemblée Générale de la LNR. Ils ont été suivis quelques minutes plus tard par Mourad Boudjellal. Tout ce monde s’est alors retrouvé à l’hôtel de la Cité, un luxueux établissement de Carcassonne, afin d’entériner l’accord. Selon nos informations, la durée du contrat entre Mathieu Bastareaud, et le RCT est donc, comme prévu dans le pré-contrat initialement signé, de trois ans.

Désormais, Mathieu Bastareaud va pouvoir souffler et se concentrer sur son nouveau challenge. Aperçu ce vendredi dans la capitale, près de la porte de Saint-Cloud, il est toujours en arrêt maladie, mais devrait très vite rejoindre la Rade. Quant au Stade français, ses dirigeants seraient déjà sur la piste de son successeur.

Rugbyrama – Léo HUISMAN et Arnaud BEURDELEY, avec E.M.

Laissez un commentaire

Commentaires